Lobroekdok (1)-5

On fait place nette: assainissement du Lobroekdok

Bonne nouvelle pour la liaison Oosterweel: le 4 mai, Aertssen a entamé les travaux préparatoires au Lobroekdok. Sous l’œil attentif du ministre flamand de la Mobilité Ben Weyts et de l’échevin anversois de la Mobilité Koen Kennis, la première épave a été dégagée. Une tâche impressionnante au cours de laquelle nous évacuerons du sol au total 220 000 m³ de boues polluées, dix-sept épaves ainsi que des déchets déversés.

Construction & Infrastructures
Lobroekdok
2017

Bonne nouvelle pour la liaison Oosterweel: le 4 mai, Aertssen a entamé les travaux préparatoires au Lobroekdok. Sous l’œil attentif du ministre flamand de la Mobilité Ben Weyts et de l’échevin anversois de la Mobilité Koen Kennis, la première épave a été dégagée. Une tâche impressionnante au cours de laquelle nous évacuerons du sol au total 220 000 m³ de boues polluées, dix-sept épaves ainsi que des déchets déversés.

En vue de l’aménagement de la liaison Oosterweel, le viaduc du Ring d’Anvers est remplacé par un tunnel. Cet aménagement souterrain a lieu à hauteur de la zone fortement polluée du Lobroekdok, à deux pas du Sportpaleis. Aertssen a entamé les travaux d’assainissement et de renflouement afin de permettre cet aménagement. Après ces travaux de nettoyage, on pourra prochainement travailler aisément a l’aménagement d’Oosterweel.

220 000 m³ de boues polluées

Les déblais de dragage dans le dock sont excavés jusqu’à la couche d’argile. De cette manière, nous garantissons l’enlèvement de toute la pollution. Au total, nous éliminerons 220 000 m³ de boues polluées du dock et les évacuerons par voie navigable. Grâce à cette solution durable, nous écartons de la route dix mille camions.

Un rideau de bulles d’air dans le passage du dock garantit également que les particules les plus fines ne se déplacent pas vers le canal Albert durant les travaux de dragage.

3,1 millions d’euros

Outre ces travaux d’assainissement hautement nécessaires, nous tirons également de l’eau dix-sept épaves, totalement échouées ou non. Celles-ci quittent le dock par voie navigable et sont recyclées dans une casse de Hoboken. Nous assurons également l’enlèvement d’objets laisses à l’abandon. « Nous avons retrouvé de nombreux objets abandonnés dans le dock », déclare le chef de projet Eric Broes. « Par exemple, des ancres, des coffresforts, des cyclomoteurs, des boites de conserve et des réfrigérateurs. C’est comme si nous avions tire du dock tout un magasin d’électroménagers. »

L’assainissement total du dock prend dix-huit mois. Le cout pour préparer le dock à la liaison Oosterweel s’élève à pas moins de 3,1 millions d’euros. Un investissement important pour l’avenir d’Anvers, pour lequel nous avons eu le plaisir de donner le coup d’envoi.